L’impact du COVID-19 sur le travail des femmes aux États-Unis

La semaine dernière, dans le cadre du Women’s History Month, j’ai fait une présentation dans mon entreprise sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le travail des femmes aux États-Unis. Comme elle a bien plu (tip pour gagner son audience à sa cause: inclure des mèmes et des chats!) et que le sujet est intéressant, je me suis dis que ce serait sympa de partager; j’imagine que la situation doit être assez similaire dans d’autres pays. Si les précédentes récessions touchaient davantage les hommes, on parle en ce moment d’une she-session.

Emploi du temps printemps 2020

Voilà en résumé ce que contient la présentation que vous pouvez télécharger ci-dessous:

  • Une augmentation des violences domestiques: c’est un sujet encore malheureusement trop tabou et je voulais absolument le mentionner, ainsi que ce chiffre que je ne connaissais pas: en moyenne, une victime retourne à la relation 7 fois avant de quitter la personne pour de bon.
  • Le taux d’emploi des femmes aux États-Unis n’est pas brillant (mais je crois que c’est assez similaire en France): 83 femmes au travail pour 100 hommes, dont 22.4% travaillant à temps partiel (contre 11.6% d’hommes) et bien sûr le fameux écart salarial de 20% (une femme gagne 80 cents pour chaque dollar gagné par un homme).
  • Le diable est dans les détails comme on dit et en fait, cette différence est calculée en faisant le ratio des salaires médians annuels féminin sur masculin pour les personnes travaillant à temps plein. Comme je le disais ci-dessus, les femmes ont plus tendance à travailler à temps partiel et également à prendre des congés parentaux pour s’occuper de leurs enfants. Si on veut vraiment donner un chiffre qui reflète la réalité, il faudrait calculer l’écart salarial sur plusieurs années. En pratique, c’est difficile à faire. Mais selon une étude qui suit un échantillon représentatif de familles sur plusieurs années, l’écart salarial passe à… 49 cents gagnés par les femmes pour chaque dollar qu’un homme empoche!
  • On se rend compte que pendant la pandémie de COVID-19, les femmes ont plus tendance à réduire leurs heures voire à quitter le marché du travail, et ce pour deux raisons:

1. Certaines industries où elles sont surreprésentées sont plus impactées (restauration, service à la personne, commerce);

2. Ce sont principalement elles qui s’occupent des enfants lorsque le système éducatif ferme (aux États-Unis, plus de la moitié des enfants sont en enseignement à distance ou hybride depuis plus d’un an!)

Vous trouverez plus de détails dans la présentation ci-dessous. J’ai aussi découvert à cette occasion que deux livres d’Emma avait été traduits en anglais (The Mental Load et The Emotional Load), ce qui peut faire un cadeau sympa à vos amies progressives.

Et si vous ne connaissez pas Emma, vous pouvez consulter son super blog! (Et ses livres sont dispo aussi et entre autre sur Amazon.)

Rendez-vous sur Hellocoton !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Spread the love
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x