Que rapporter des États-Unis #6 : le tangible et l’intangible

Pour ce 20th in America, je me permets d’être un peu fainéante et de récapituler la série que j’ai publiée cet hiver. Vous trouverez également à la fin de cet article des liens vers ceux des autres participants à cette ronde des blogs, dans lesquels vous pourrez piocher de nouvelles idées.

De mon côté, on commence par la collection des livres I Spy, quasiment inconnus en France mais que je trouve très originaux. On poursuit par un article sur ce qui se mange et se boit car mine de rien, les États-Unis font preuve d’une certaine particularité culturelle dans ce domaine (surtout si vous aimez le beurre de cacahouète, le sucre et l’alcool!). J’ai également consacré un billet aux enfants et je publierai prochainement la liste des livres pour enfants américains les plus connus. Enfin, il y a bien sûr tout un tas de souvenirs divers et variés (les fringues, les objets touristiques, les articles de sport…), que vous pourrez trouver dans cet article-là (les souvenirs divers) ou encore celui-ci (les bonnes idées des internautes). Et mesdames, vous aurez peut-être aussi envie d’aller faire un tour au rayon lingerie, j’ai l’impression que les prix des soutiens-gorges sont deux fois moins élevés dans les pays anglo-saxons qu’en France (la lingerie française est probablement plus réputée, mais vous pourrez trouver de quoi satisfaire votre soutien quotidien à 10 dollars).

La dernière livraison de porte-feuilles de Slim Pockets, simples et pratiques si vous aimez avoir les poches légères. Vous trouverez sur leur site des designs typiquement américains.

Puis je me suis posé la question: et si je rentrais maintenant en France, que rapporterais-je des États-Unis? Le tangible bien sûr: nous sommes arrivés en Californie avec tous les meubles de notre appartement grenoblois. Cinq ans plus tard, il ne nous reste plus de ces meubles qu’une seule commode Malm, mon bureau et une étagère achetée 20 euros sur le boncoin.fr. La machine à expresso nous a également fidèlement suivis, attelée à un convertisseur de tension. Au fil des déménagements, nous avons remplacé le canapé, les bibliothèques, notre lit, la table de la cuisine etc… et ajouté tous les meubles, jouets, vêtements et livres des enfants nés ici (qu’on se rassure, la plupart de nos meubles restent d’origine suédoise!). Nous rentrerions maintenant en France, ce serait plus de 4500 kg à déménager – je le sais car nous sommes venus de Californie jusqu’à Pittsburgh avec 4200 kg, poids du camion de déménagement à l’appui.

S’il fallait revenir en Europe, tout ne tiendrait pas dans une valise!

Puis mon interrogation est devenue plus philosophique: que rapporterais-je d’intangible? Tout un tas de souvenirs bien sûr, de nouvelles rencontres, de paysages magnifiques, le souvenir d’une vie quotidienne, j’ai envie de dire d’un confort de vie quotidienne, bien différent de ce que je connaitrais en France… Je rapporterais aussi une vision plus optimiste de la vie et du futur (il faut dire qu’à la base, je suis de ces pessimistes qui ont tendance à se dire réalistes), ainsi qu’une envie d’entreprendre et de faire, plutôt que de réfléchir et débattre des heures avant de se mettre en mouvement. J’espère que je rapporterai un esprit plus tolérant des façons de faire et d’être différentes des miennes (« Whatever floats your boat » comme disait une copine). J’aurai certainement beaucoup plus d’empathie pour ce que vivent les immigrés et les réfugiés, surtout en France où je trouve que la maitrise de la « bonne » langue française est un facteur beaucoup trop discriminant. Et puis, j’aurais une appréciation encore plus profonde des bons côtés de la France: je ne parle pas uniquement du fromage, du vin et du pain, mais également de notre système de protection sociale (chômage, RSA, minimum vieillesse etc…), de notre système de santé qui vu d’ici ne marche pas si mal, du système éducatif notamment pour la petite enfance et les études supérieures (par rapport aux coûts financiers surtout), ainsi que du système de retraite par répartition plutôt que par capitalisationMon pays idéal se situe maintenant probablement quelque part entre la France et les États-Unis, dans les eaux profondes de l’Atlantique.

Du bon, du moins bon et des préjugés dans les deux pays.

Dans la même série:

Cet article participe au défi blog « The 20th in America » initié par Laetitia de French Fries and Apple Pie et Isabelle du blog FromSide2Side.

Ce mois-ci, les participants sont:

Please follow and like us:

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz