Notre rentrée américaine 2017

Comme apparemment la rentrée est LE sujet de la blogosphère parentale du moment (de la semaine dernière en tout cas, mais vous savez que j’ai souvent un train de retard en matière de blogging), j’ai eu envie d’apporter ma petite pierre à l’édifice et de partager la façon dont nous avons vécu ce petit évènement dans notre belle contrée de Pennsylvanie.

La date de la rentrée

Aux Etats-Unis, le calendrier scolaire est décidé au niveau du « school district », ce qui correspond à quelques milliers d’élèves (en moyenne 3600 élèves environ [source]). Il n’y a donc pas de date de rentrée nationale et les rentrées locales s’étalent entre mi-août et début septembre. En France, notre petite Lottie entrerait en Moyenne Section mais il n’y a pas d’école maternelle publique aux USA et toutes les structures pour la petite enfance sont privées (l’école publique commence à 5 ans seulement – et encore: dans notre school district, cette première année (le kindergarten) n’est que de 8h30 à 11h30).

Lottie est dans une école Montessori (elles sont plus répandues aux USA qu’en France, comme je l’explique dans ce billet) et est donc dans une classe qui rassemble trois niveaux (3-6 ans). Les nouveaux élèvent ont droit à une rentrée en douceur: le premier jour est une journée de visites courtes et individualisées, lors desquelles chaque élève rencontre la maîtresse seul à seul pendant trente minutes pendant que l’assistante discute avec les parents. Le deuxième jour, seuls les nouveaux élèves sont présents. Enfin, toute la classe au complet démarre le troisième jour, et c’est comme cela que Lottie a fait sa rentrée mercredi dernier, puisque c’est sa deuxième année.

Le logo de l’école de Lottie.

La guirlande pour décompter les jours

Comme Lottie avait deux semaines de vacances avant de reprendre l’école, j’avais droit chaque matin à la question rituelle « Y’a école aujourd’hui ? » (question hautement intéressée car quand il n’y a PAS école, elle a le droit de regarder la télé le matin). Un heureux hasard m’a fait lire ce post de blog présentant une guirlande pour décompter les jours jusqu’à la rentrée et je dois dire que ça a vraiment bien marché pour Lottie (on a commencé à J-8). C’est une idée que je trouve très « montessorienne » (un jour je finirai mon article intitulé « Vous êtes parents ? Vous faites probablement de la pédagogie Montessori sans le savoir»), puisque que la guirlande permet de visualiser l’écoulement du temps et d’être acteur du passage des jours.

La guirlande au-dessus du lit de Lottie, joliment (et surtout facilement) accrochée au mur avec du washi tape: chaque soir, on enlève un anneau de papier.

Le tableau de rentrée

Là encore, c’est une réalisation que je n’avais pas prévue, mais après avoir vu circuler sur Facebook les photos des bambins américains tenant fièrement leur tableau de rentrée dans les mains, je me suis dit: et pourquoi pas elle? Et puis c’est kitsch, alors j’aime bien. J’ai donc conçu un petit tableau spécialement pour Lottie, en rassemblant les éléments que je trouvais sympa et en version bilingue pour honorer son vécu de petite fille franco-américaine (par contre, on l’a rempli en français faute de place). L’idée est de le faire tous les ans bien sûr.

(On ne lui a pas dit que son plan de carrière allait être un peu difficile…)

Le jour de la rentrée

Comme je le disais plus haut, Lottie étant dans une école Montessori, elle va retrouver sa maîtresse et les deux assistantes auxquelles elle s’était habituée l’année dernière. Peu de changements pour elle donc, mise à part qu’elle ne sera plus la plus jeune de la classe et qu’elle va avoir un rôle de leader à assumer (les plus âgés sont sensés tutorer les plus petits). L’école prévoit une période de « normalisation » de 6 semaines, à l’issue de laquelle nous aurons une première rencontre avec la maîtresse de Lottie pour faire le point sur son début d’année scolaire.

La séance photo s’est finie en séance de boudage… (#rentréeratée)

Le retour de la lunch box

C’est le gros point noir de la rentrée. La lunch box, c’est le cauchemar de toutes les mamans françaises expatriées aux US (en tout cas le mien!). Ici, pas de cantine, ou rarement – et quand il y en a, elles ne servent pas vraiment de la nourriture équilibrée puisque les pizzas y font office de légume! Lottie et ses camarades ont 30 minutes pour manger à midi et tous les matins, je prépare un petit repas chaud en m’assurant que tous les groupes alimentaires y sont représentés; même si au final, je suis très dubitative sur ce qu’elle mange réellement (en plus d’être un calvaire, cette lunch box est une véritable boîte noire…)

Les lunch box de Lottie et Ozzy: mon calvaire matinal.

Et bébé O dans tout ça ?

Eh bien, sa crèche a la bonne idée de ne jamais fermer, ce qui fait qu’il n’a pas vraiment eu de rentrée. Mais on a quand même vécu un changement de classe, puisqu’il est passé de l’Infant Room (moins de 1 an) à la Young Toddler Room (1-2 ans) (pour ceux que le vocabulaire intéresse). Du coup, je ne peux plus vraiment l’appeler bébé O sur ce blog et je l’appellerai dorénavant « Ozzy ».

Bébé O devient Ozzy: il a bien changé depuis l’année dernière, mais il a toujours la banane!

Et ma rentrée ?

Ma rentrée sera aussi bien occupée, puisque je vais me remettre doucement à la recherche d’un emploi à temps plein, suivre des cours d’informatique en ligne et que j’ai bien sûr des projets plein la tête: plusieurs livres pour Charlie & Ozzy, des nouveaux produits à mettre en ligne pour Tea & Tins, des réalisations pour la maison, sans compter des articles pour ce blog.

Je sais, j’ai déjà utilisé cette citation, mais avouez qu’elle est bien appropriée, non? (Et puis, je l’ai enfin mise en forme comme je l’avais en tête, en blanc sur un tableau noir.)

En bonus, et qui n’a rien à voir avec le sujet, une petite photo du dernier jour de vacances, avec Lottie qui joue au bus avec « ses enfants » (on a lu Pétronille et ses 120 petits, du coup, une telle maternité ne lui fait pas peur!) A ma question : « Et qui conduit le bus ? », j’ai eu comme réponse un joyeux: « Personne ! » qui m’a bien fait sourire. C’est en fait tout à fait réaliste pour elle, petite Californienne-Pittsburgeoise des années 2010, qui a grandit en croisant régulièrement des Google cars dans la Silicon Valley et des Uber autonomes à Pittsburgh.

Dernier jour de vacances! (Oui, nous sommes de ces parents qui laissent leurs enfants jouer sur le canapé – mais pas sur celui des autres, rassurez-vous!)

Please follow and like us:

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Notre rentrée américaine 2017"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Cochonou
Invité

Grâce à CRISPR/Cas9, les rêves de Charlotte deviennent accessibles !

AdA
Invité

La lunch box, c’est le cauchemar de toutes les mamans françaises expatriées aux US (en tout cas le mien!).
(en plus d’être un calvaire, cette lunch box est une véritable boîte noire…)

+100

wpDiscuz