L’humilité nécessaire de l’expatrié

Il est de notoriété que s’il est très facile de parler de la pluie et du beau temps avec les Américains, il est beaucoup plus difficile de se lier d’amitié. Les Américains sont en fait comme leurs jardins: le jardin de devant la maison est toujours bien soigné et magnifique à regarder. Sur les côtés de la maison, il y a une porte qui permet d’accéder au jardin de derrière. Là où les choses se passent. Là où le quotidien des gens resurgit. Il s’agit donc, lorsqu’on veut apprendre à connaître les Américains, d’ouvrir cette porte et de découvrir ce fameux backyard.

Dans notre jardin californien: des citrons, des oranges et des fils électriques.

Je parle des jardins californiens. J’aurai pu filer cette métaphore et arrêter là mon texte. Oui mais. J’ai vu depuis d’autres jardins américains. Aux Etats-Unis comme en France, l’architecture et l’environnement des maisons dépend de la géographie. Par exemple, les jardins de la banlieue de Pittsburgh ne sont pas clos et tout ce qu’on y fait est visible. Il faut dire qu’en Pennsylvanie, l’hiver est froid et long, et que les gens profitent beaucoup moins de l’extérieur. Ma métaphore n’est donc plus aussi pertinente.

Dans notre jardin pennsylvanien: des travaux depuis 2 ans

Cela me fait penser à un effet de la vie d’expatrié auquel je cherche encore un nom: la tendance à cataloguer toutes les différences que l’on rencontre comme une différence culturelle typique du nouveau pays, alors qu’elles proviennent peut-être d’une simple ignorance de la part de l’expatrié ou d’une particularité très locale. Par exemple, ces personnes qui rapportent du Doliprane de France car ils ne trouvent pas de paracétamol. En fait, la molécule a deux noms et les Américains utilisent le deuxième, acétaminophène. Ou encore le fait que les gens soient ennuyés par les pommeaux de douche fixes, sans penser à aller au magasin de bricolage du coin et d’y acheter un tuyau flexible et une clef à molette pour le remplacer. Un touriste qui irait faire ses courses dans un Walgreen pensera qu’on ne trouve pas de produits frais ( « Qu’est-ce qu’ils mangent mal ces Américains! ») alors qu’il suffit d’aller faire un tour au Trader Joe’s d’à côté pour trouver de bons fruits et légumes.

Pas de paracétamol aux Etats-Unis? (Les Américains diront d’ailleurs plus volontier “Tylenol” comme nous employons la marque “Doliprane”.)

Apprendre à vivre dans un pays prend des années. Tant qu’on n’a pas cette expérience de vie à l’étranger, on ne se rend pas compte à quel point on bénéficie d’être plongé dans un environnement connu depuis l’enfance: les subtilités, les codes et les traditions sont seconde nature. Vivre dans un nouveau pays nécessite de faire cet apprentissage sur le tas et surtout sans filet. Cela m’a appris à être plus prudente dans mes jugements, curieuse d’approfondir les sujets même les plus futiles et surtout de garder l’esprit sans cesse critique, même et surtout de ma propre pensée – bref, de faire preuve de plus d’humilité.

Des fois, je ne me sens pas plus avancée que lui…

Aux Etats-Unis plus particulièrement, pays dont la culture est si proche de la nôtre qu’on la juge à l’aune de notre propre vision. Lorsque j’ai un problème ou que je suis ennuyée par quelque chose, je me dis qu’il est très probable qu’une autre personne dans les 325 millions qui peuplent le pays a vécu la même chose et a trouvé une solution (souvent dans les rayons de Home Depot, le Leroy Merlin américain). Lorsque sur un coup de colère je me dis que les Américains sont décidemment très cons, je me souviens qu’ils dominent la planète depuis la fin de la seconde guerre mondiale, que leur PIB par personne est supérieur à celui de la France (59.5 k$ /personne contre 43.6 k$ en 2017) et qu’ils ont créé la plupart des grosses entreprises du XXIème siècle. Le pays est même toujours classé devant la France par le World Happiness Report. Lorsque que je leur en veux d’avoir voter Donald Trump, je me rappele que Marine Lepen a eu plus de 33% des votes au second tour de l’élection présidentielle française. Oui, les Etats-Unis sont loins d’être un pays parfait – mais finalement, la France non plus. Tout comme ma petite personne.

Ma petite personne imparfaite née en Bresse, le pays du poulet (oui, c’est un article difficile à illustrer!)

Si vous avez aimé ce billet, vous pouvez recevoir les prochains articles dans votre boîte mail en vous abonnant au blog (dans le menu à droite de cet article).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Please follow and like us:
Spread the love

10
Poster un Commentaire

avatar
5 Comment threads
5 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Avril 2018 - 3 articles coup de coeur - La Maudite FrançaiseLilyLa Maudite FrançaiseAdALily Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Papi Mujo
Invité

Moi je pense : l’avenir de l’expat c’est de devenir inpat. Qu’on se le dise !

Cochonou
Invité

Plus de PIB par habitant… mais à ma connaissance, moins de PIB par heure travaillée. En fait, je ne sais pas vraiment ce qu’on peut faire de ces statistiques. Aussi, je vais plutôt profiter de ton billet sur le choc (parfois juste apparent) des cultures, et de nos vacances, pour partager la loi de Jante que je viens de découvrir – et dont les préceptes sont censés guider la philosophie de vie dans les pays nordiques.

Tu ne dois pas croire que tu es quelqu’un de spécial !
Tu ne dois pas croire que tu vaux autant que nous !
Tu ne dois pas croire que tu es plus intelligent que nous !
Tu ne dois pas t’imaginer que tu es meilleur que nous !
Tu ne dois pas croire que tu sais mieux que nous !
Tu ne dois pas croire que tu es plus que nous !
Tu ne dois pas croire que tu es capable de quoi que ce soit !
Tu ne dois pas rire de nous !
Tu ne dois pas croire que quelqu’un se soucie de toi !
Tu ne dois pas croire que tu peux nous apprendre quelque chose !

La vie de l’expatrié Danois aux États-Unis (ou inversement) doit décidément être complexe !

AdA
Invité
AdA

“Il suffit d’aller faire un tour au Trader Joe’s d’à côté” : ah, c’te bonne blague…..
Quand le Trader Joe’s le plus proche est à 60 kms (et ça, c’était à Pgh) ou que tu habites au fin fond du Midwest, bah tu te rabats sur ce que tu trouves !!!!.
Et en plus, c’est cher pour pas mal de gens, surtout comparé à Wal-Mart par exemple.

Lily
Invité
Lily

C’est vrai qu’il y a des “food deserts” aux USA, mais c’est ce que je disais quand je parlais de “particularités locales”, ça reste cantonnée à certaines parties des Etats-Unis. Pour la majorité des gens qui vivent dans ou à côté des grandes villes, on arrive quand même à trouver de tout y compris des légumes et des fruits dans les Wal-Mart (en tout cas dans ceux où j’ai été).

Sur les food deserts, j’ai trouvé cette carte: https://www.ers.usda.gov/data-products/food-access-research-atlas/go-to-the-atlas/ . C’est intéressant car les food desert y sont définis en incluant le manque d’accès (LA = Low Access), mais aussi le problème des revenus (LI = Low Income), si bien qu’il y en as dans Pittsburgh même.

Ceci dit, je t’avoue que j’étais vraiment contente (voire soulagée!) de découvrir qu’il y avait des Trader Joe’s à Pittsburgh, et qui plus est pas très loin de chez moi.

AdA
Invité
AdA

Qd on est arrivé à Pgh, on était dans une de ces zones en vert….
Le T Joe’s à côté de chez toi est récent, avant il fallait aller jusqu’à East Liberty…..

Et à part ça, tu as fait exprès de signer de ton véritable nom ou c’est une erreur?

La Maudite Française
Invité

Ton billet m’a tellement parlé! C’est vrai qu’on est en territoire connu tout le temps où on évolue dans le pays où on a été élevé. C’est clairement différent lorsqu’on se confronte à une autre culture, et encore plus lorsqu’on souhaite s’y établir. Ça vient challenger toutes nos conceptions, qui sont en partie formatées par notre culture et notre éducation, sans parler de la perte de repères. Et c’est pas évident! On a souvent tendance à voir le beau côté de l’expatriation / immigration avant d’être confronté à cette réalité. Mais c’est aussi là que se trouve toute l’expérience 🙂

trackback

[…] L’humilité nécessaire de l’expatrié […]