Comment j’ai fait un bootcamp d’informatique aux États-Unis

Comme beaucoup de conjoints d’expatriés, ma carrière professionnelle a pris un sérieux coup lorsque nous avons déménagé aux États-Unis, tandis que celle de mon conjoint s’envolait. C’était certes un choix de lui donner la priorité quelque temps, mais je ne pensais pas en partant de France que cette traversée du désert professionnel aurait duré aussi longtemps pour moi.

J’étais docteur-ingénieur en France, spécialisée en micro-technologies. Nous sommes partis au États-Unis il y a huit ans et pendant sept ans, j’ai eu du mal à trouver ma place professionnelle: d’abord pour des raisons de visa (H4 sans permis de travail), de maternité avec la naissance de mes deux enfants, de déménagement (de Californie en Pennsylvanie), et plus psychologiquement, de lâcher prise par rapport à mon ancienne carrière. Cela dit, cet interlude de longue durée m’a permis de faire plein de choses que je n’aurais pas faites en France, comme ce blog, auto-publier des livres ou créer une entreprise de vente de thé!

Mon entreprise de thé Tea & Tins.

Lorsque mon fils a eu 2 ans, j’ai voulu reprendre une carrière un peu plus classique et je me suis inscrite à un bootcamp de 14 semaines en informatique. Pour nous Français, habitués à une éducation très peu chère, mettre $15,500 dollars dans une formation de 3 mois peut sembler aberrant, mais c’est chose classique aux États-Unis et surtout, cela est amorti en quelques mois lorsqu’on trouve un emploi. J’ai aussi choisi soigneusement mon programme, avec un accompagnement de carrière important et un taux de placement de plus de 90%.

Le bootcamp que j’ai sélectionné s’appelle Tech Elevator: c’est un programme qui donne une bonne base sur le développement web, de la base de données postgreSQL jusqu’à la programmation d’une page web en Vue.js, en passant par de la programmation plus classique orientée objet (Java ou C#).

Si vous êtes intéressés par un bootcamp en informatique, voici quelques conseils pour le choisir:

  • Un programme en présentiel: bon, en ces temps de COVID-19, les bootcamps se font maintenant à distance, y compris pour Tech Elevator. J’avoue cependant que le présentiel était pour moi important. Cela a permis à toute la famille de s’habituer au nouveau rythme de « maman travaille » et aussi de faire des rencontres avec d’autres étudiants, importantes pour les projets en groupe mais surtout se soutenir lors du programme qui était assez intense.
  • Un programme qui sélectionne: tout le monde ne peut pas être informaticien et c’est un mauvais signe si un programme prétend le contraire. Pour Tech Elevator, il y a un test en ligne de préadmission, puis un entretient et un test de QI sur place.
  • Un programme qui propose de se préparer en amont au camp: 14 semaines passent très vite, et pour permettre au groupe de démarrer sans perdre de temps, nous avons eu des devoirs à faire avant même de commencer.
  • Un programme qui n’oublie pas le développement de carrière: Tech Elevator a une personne dédiée à coacher les étudiants sur les CV, le fameux « elevator pitch » et les entretiens. Le programme est aussi partenaire avec beaucoup d’entreprises qui vont venir recruter dans ce vivier. Je peux attester que c’est une formule qui marche et j’ai vraiment eu beaucoup de soutient dans ce domaine.
  • Un programme qui a un certain coût: les informaticiens sont très bien payés aux États-Unis, surtout lorsqu’ils ont de l’expérience. Mes instructeurs étaient des vétérans de l’industrie et entre leur salaire et ceux du staff, le prix de $15,500 pour 14 semaines est finalement très raisonnable. De plus, ces $15,500 agissent aussi comme un commitment device: c’est tellement d’argent qu’on se sent obligés d’aller jusqu’au bout même lorsque cela devient dur!
  • Un programme qui connait l’industrie: avant de prendre la décision de faire un bootcamp, j’avais suivi des cours d’informatique sur Coursera.org, mais cela m’aurait pris des années à atteindre le niveau que j’avais après 14 semaines, d’une part parce que le programme est dense de par sa conception, mais d’autre part parce que le curriculum est pensé pour produire des ingénieurs informaticiens prêts à entrer rapidement sur le marché du travail.
  • Un programme qui certifie ses résultats: Tech Elevator atteste d’un taux de réussite du programme de 95% et d’emploi de 94%, validé par un organisme indépendant (et effectivement, j’ai été jointe pour confirmer ces chiffres).

Voilà pour mes conseils: je vous ai parlé de Tech Elevator, mais bien sûr, il y a certainement d’autres Programming Bootcamp très bien aux États-Unis, comme vous le montrera une recherche Google. J’ai vu des gens non scientifiques ou matheux à la base s’en sortir très bien: des barmans, des vendeurs, des gens dans la construction… Et même si coder n’est pas votre tasse de thé, cela peut vous aider à trouver des métiers dans l’informatique comme scrum master ou project manager.

Cela fait plus d’un an que j’ai eu mon diplôme et je suis ravie de ma nouvelle réorientation professionnelle! Bien sûr, je suis un peu triste de ne plus exercer mon ancienne profession de chercheuse, mais je ne voulais pas que mes 25 prochaines années dans le monde du travail soient bloquées par ce que j’avais fait les 15 premières années (le fameux sophisme des coûts irrécupérables !) Aujourd’hui, je suis Front-end Engineer dans une start-up que j’adore et nous avons enfin récupéré un équilibre professionnel au sein de mon couple. Cela a dû demander des réajustements dans l’organisation de la famille, mais tout le monde est plus heureux !

J’espère que mon témoignage en aidera certains et certaines dans leur réflexion si vous songez à une nouvelle carrière. N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaires !

Rendez-vous sur Hellocoton !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Spread the love
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
AdA
AdA
25 jours il y a

Ah ouais, visiblement, on peut n’avoir aucune base en informatique. Je viens de faire ton test et ça y est, je peux me présenter !!!! 😉 (bon par contre, c’est pas ma tasse de thé, l’informatique…..)
Enfin, en tout cas, cool que tout ça te plaise !!!

Salamèche
Salamèche
25 jours il y a

Bravo! Salamèche et moi sommes très fières de toi et bienvenue dans le monde de l’informatique! J’y suis aussi très épanouie aussi 🤩

Sara
24 jours il y a

Bravo pour cette reconversion professionnelle réussie !