Le bilinguisme : petit bilan à 3 ans et à 6 ans

Voici le petit billet annuel où je fais le point sur le bilinguisme de mes enfants, Lottie (6 ans) et Ozzy (3 ans) (*). Cette année, ce ne sera pas très long: la bataille est perdue.

Ils ne savent plus parler français, mais ils mangent avec des baguettes. Parce qu’il y a des priorités dans la vie.

Nous ne sommes pas rentrés en France cette année et même si la famille est venue nous voir et que nous parlons uniquement français à la maison, Lottie n’a clairement pas assez d’exposition à la langue de Molière (contrairement à sa maman qui se rappelle encore des figures de style du collège!) J’avais déjà parlé du fait que je trouve que cette évolution du langage illustre bien l’influence déterminante de la société sur la construction d’un individu, et ce dès les premières années de la vie – ce qui, finalement, est très libérateur en tant que parents.

Bref, Lottie utilise au moins un mot en anglais dans chacune de ses phrases (« Maman, j’ai drinké de l’eau »), ce qu’elle ne fait évidemment pas lorsqu’elle parle anglais. Elle fait tout de même des efforts pour utiliser le français autant que possible avec nous, mais nous la voyons parfois chercher ses mots comme je cherche les miens en anglais.

Gâteau d’anniversaire américain… au goût « yellow » (véridique!)

Quant à la lecture et l’écriture, elle lit en syllabique en anglais mais peine encore sur les sight words. Comme ce n’est pas une enfant qui semble très « scolaire » (même si elle adore feuilleter des livres!), je préfère qu’elle devienne vraiment à l’aise en anglais et qu’elle découvre d’abord la lecture plaisir avant de la mettre au français, ce qui serait à l’heure actuelle une vraie bataille.

Nous avons eu une année de transition dans laquelle j’ai fait une formation et repris une activité professionnelle à temps complet, et il faut reconnaitre qu’on ne peut pas être sur tous les fronts à la fois, surtout lorsqu’on vit loin de sa famille et que les moments de répit sont pour ainsi dire inexistants. Cela dit, nous lisons toujours beaucoup de livres en français et c’est aussi un plaisir que nous partageons avec elle, donc je ne m’inquiète pas plus trop sur ce sujet. Nous démarrons probablement quelque chose de structuré l’année prochaine, mais cette année scolaire sera consacré à son intégration dans une nouvelle école et l’apprentissage de la lecture en anglais (elle était en école privée et passe cette année en first grade dans le publique).

On a un petit garçon fan de Spider-man, un autre import de l’école…

Quant à notre petit Ozzy, après relecture de ce que j’avais écrit pour Lottie à ses 3 ans, je pense qu’ils en sont à peu près au même point. Comme sa sœur, Ozzy utilise des mots en anglais dans ses phrases en français et des tournures grammaticales issues de l’anglais. D’ailleurs, me lasserai-je jamais de son « Maman ! Je t’ai manquée !!! » ? Ensemble, ils jouent en français et en anglais, je dirais à part égale.

Costumes d’Halloween 2018: les Schtroumpfs!

Au fond, j’ai fini par admettre que mes enfants sont américains d’origine française. Ils deviendront peut-être français un jour si nous rentrons vivre en France (je parle ici symboliquement, car administrativement, ils ont bien la nationalité française). J’essaie d’entretenir un amour et un intérêt pour la France par les livres, les chansons et la nourriture, mais leur monde quotidien est celui de l’Amérique (le nôtre aussi d’ailleurs).

Finalement, est-ce que cela est si grave ?

Visite de l’expo « Toulouse-Lautrec and the Stars of Paris » à Boston

(*) Pour information, Lottie et Ozzy sont nés aux Etats-Unis, mon mari et moi parlons uniquement français entre nous et avec eux. Ils sont entrés dans des structures éducatives anglophones à partir de 5 mois et 6 mois (daycare puis preschool), où ils vont presque quotidiennement lorsque nous ne sommes pas en France (nous y faisons des séjours de quelques semaines tous les 18 mois environs). Notre entourage social se compose à moitié de francophones et à moitié d’anglophones.

Dans la même série:

Rendez-vous sur Hellocoton !

Please follow and like us:
error
Spread the love

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
papi Mujo Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
papi Mujo
Invité

Oui, c’est bien triste tout ça…il ne faut pas se faire d’illusion : si vous ne rentrez pas les deux branches de la famille vont peu à peu se séparer et s’oublier. Les origines ne seront plus qu’un souvenir confus qui s’effacera finalement. Mais n’est-ce pas le destin de l’Humanité de disparaître un jour ?