{Maman française aux USA} Aurélie, maman d’un petit garçon de 10 mois en Caroline du Nord

Je suis Aurélie, en couple avec Etienne depuis 2008 et maman de Louison, notre petit garçon né à Greensboro en novembre 2017. Nous avons déménagé aux USA en Caroline du Nord, en septembre 2016, pour le travail d’Etienne. Notre visa est d’une durée de 3 ans et il est renouvelable une fois. Ce visa ne m’autorise pas à travailler, j’ai donc quitté mon emploi pour vivre cette aventure (je suis avocate en France). Notre date de retour n‘est pas encore définie… 

En voyage à Philadelphie.

Bonjour Aurélie et merci d’avoir accepté de témoigner de ton expérience de maman aux Etats-Unis ! On va commencer par le début, c’est-à-dire ta grossesse : comment cela s’est-il passé pour toi ?

C’était parfait. Nous avons été très bien suivis et à aucun moment la langue ou le fait de ne pas être dans notre pays n’a été un problème.

Je ne peux pas vraiment juger les différences avec la France car c’est mon premier enfant. Des discussions que j’ai eu avec mes amies qui ont accouché en France, j’ai noté les différences suivantes :

  • Le gynécologue, l’échographie, le laboratoire, tout se trouvaient au même endroit. Donc très pratique, notamment les dernières semaines.
  • À la fin de la grossesse, nous avions un rendez-vous toutes les semaines.
  • Une grossesse aux usa dure 40 semaines contre 41 en France.
  • J’ai pris bcp trop de poids pendant la grossesse sans que mon médecin ne me dise quoi que ce soit.
  • Nous avons réalisé un birthplan [plan de naissance].
  • Pendant l’accouchement, 4 personnes peuvent rester dans la chambre (un photographe/vidéaste est tout à fait envisageable !)
  • Le papa était là pendant la pose de la péridurale.
  • J’ai pu boire et manger des glaces à l’eau pendant la péridurale. C’était le paradis !
  • Mon gynécologue ne pratique pas d’épisiotomie, il laisse intervenir la déchirure le cas échéant.
  • Il n’y a pas de nurserie, les bébés restent avec leur Maman.
  • Le temps de séjour à l’hôpital : J’ai accouché le mercredi en fin d’après-midi, j’étais à la maison le vendredi en milieu d’après-midi. En rentrant on s’est regardé et on s’est dit « on s’en occupe tout seul maintenant ? Déjà ? Mais on n’est pas prêt ?! » Mais nous avions rendez-vous avec le pédiatre le lundi suivant pour un check up, et pour répondre à nos 2000 questions du week-end !
  • Le pédiatre de Louison est venu à la maternité pour l’autoriser à rentrer à la maison.
  • Il n’y a pas de rééducation du périnée. J’ai dû en faire la demande.
  • On peut commander 24h/24h à manger comme au restaurant, il y a un menu comme au restau. Juste après l’accouchement, j’ai mangé le meilleur burger de ma vie !
  • Aussi, un canapé lit est dans la chambre pour permettre au papa de rester dormir confortablement.
  • La disponibilité, la compétence et le soutient des infirmières ont été incroyables. On rigole encore du « you are doing great ! » C’est vraiment ce qui nous a le plus marqué. Elles étaient toujours là pour répondre à nos questions (innombrables pour un premier bébé), avec toute leur expérience (les conseils sur l’allaitement ont été extrêmement précieux) et des encouragements en permanence !
  • On m’a appelé Mama dès l’arrivée à la maternité, j’ai adoré !

Maternité.

Je pense que je n’aurais pas vécu les mêmes choses en France. La plupart des récits de mes copines qui ont accouché en France sont beaucoup moins idylliques par rapport à ce que j’ai vécu ici. Je présume que la différence vient du fait que nous payons (cher) le service aux USA. Les hôpitaux sont en concurrence et traitent donc le patient (le client ?) comme un roi… C’est le côté positif. Le côté négatif est que c’est un service payant et que tout le monde ne peut pas se l’offrir.

Est-ce que tu as eu l’impression que les choses étaient différentes aussi concernant l’allaitement ?

J’ai l’impression que l’allaitement est traité différemment aux USA. Tout est fait pour que les mamans puissent mener à bien l’allaitement et le plus longtemps possible. Nous sommes accompagnés avant et après la naissance. Des cours et des groupes de soutien sont organisés. Des salles pour allaiter et tirer son lait existent partout (centres commerciaux, entreprises etc). Des nurses aux pédiatres, tout le monde est calé sur la question. En cas d’hospitalisation avec bébé, un tire lait est à disposition, une affiche « breastfeeding mama » est collée sur la porte, le lait est conservé au frais dans des biberons avec des étiquettes informatisées au nom de l’enfant (les nurses les rapportent chauds sur simple demande). Les mamans qui allaitent longtemps ne sont pas mal vues. Au contraire, ici, ils partent du principe que tu allaites et ce, sur une longue durée. Il n’est pas question de donner un biberon de complément dans le dos de la maman. C’est le paradis pour les mamans allaitantes. Le point négatif est que les mamans non allaitantes peuvent être jugées négativement. Il est même noté sur toutes les boites de lait infantile que le lait maternel reste la meilleure source d’alimentation pour les bébés. Je trouve cela un peu culpabilisant quand même ! Que ce soit aux USA ou en France, laissons les mamans faire leur propre choix et respectons le…

Babyshower.

Est-ce que tu as eu une babyshower ?

Of course ! Mes amies proches l’ont organisé. Au départ, je n’étais pas trop pour (superstition !) et puis je me suis dit que mon bébé serait américain et que j’avais la chance de pouvoir vivre une vraie baby shower à l’américaine. Donc j’ai accepté avec plaisir et je ne regrette pas, c’était génial ! Cela nous a aidé à passer un cap et à être prêts à accueillir notre bébé… Je pense que nous avons vu que nous étions bien entourés et aimés. Du coup, j’en ai eu une autre en France avec la famille ! Par contre, nous n’avons pas fait de « reveal party », une fête pour dévoiler le sexe du bébé, car nous voulions garder la surprisse jusqu’à l’accouchement.

As-tu remarqué des différences sur la façon de traiter les bébés aux Etats-Unis par rapport à la France ?

Encore une fois, je ne peux pas vraiment comparer, s’agissant de mon premier bébé … Nous suivons les conseils de notre pédiatre américaine, qui se sont révélés très efficaces jusqu’ici (sommeil, repas, etc.)

La tétine est appelée “pacifier” ici et ont une tout autre forme. Ils la recommandent très fortement.

Louison est encore tout petit : avez-vous prévu de le mettre à la crèche ? Est-ce que vous avez une expérience avec les écoles aux Etats-Unis ?

Louison va en preschool à partir de septembre une fois par semaine pour se sociabiliser et apprendre l’anglais. Je ne sais pas exactement comment cela se passera. En revanche, j’ai eu l’occasion de donner quelques cours de français dans une école primaire et j’ai pu noter que c’était totalement différent: la classe est organisée d’une autre manière avec tout un tas d’ateliers, les élèves sont responsabilisés et participent au bon fonctionnement de la classe chaque semaine différemment, ils sont très souvent récompensés (il y a même des cérémonies pour cela),  un enfant qui sent son attention baisser peut aller faire une autre activité dans la classe puis revenir quand il en a envie, les parents peuvent venir déjeuner avec les enfants, ils commencent l’école plus tôt mais terminent en milieu d’après-midi pour pouvoir faire d’autres activités, j’ai pu intervenir dans une classe et organiser un échange de courrier avec une école française sans même rencontrer la directrice, les élèves ont des supers school bus jaunes, ils ont moins de vacances pendant l’année (mais de plus longues vacances d’été).

Chasse aux citrouilles.

Est-ce que vous faites beaucoup d’activités avec Louison ?

Louison fait de la musique. Nous allons également commencer les bébés nageurs. De nombreuses activités sont proposées dès la naissance mais nous préférons ne pas le sursolliciter…

Penses-tu qu’il ait une enfance très différente de si vous viviez en France ?

Oui, en France, je travaillerais je ne pourrais pas m’en occuper si longtemps et faire tant d’activités avec lui. Et puis, ici nous vivons dans une grande maison avec un jardin alors qu’en France nous avons un appartement au milieu de Lyon. C’est une chance pour lui, et pour nous !

Est-ce que tu trouves que les genres sont plus marqués aux Etats-Unis ?

Oui : par exemple, lorsque l’on demande d’emballer un cadeau, ils demandent si c’est pour un garçon ou une fille : super héros ou véhicules pour les garçons et princesses pour les filles … Idem pour les pansements chez le pédiatre.

Penses-tu que la place du père soit différente en France et aux Etats-Unis ?

J’ai l’impression qu’aux États-Unis comme en France, le rôle du père est de plus en plus important par rapport aux générations précédentes. Par exemple pour les cours de préparation à la naissance en groupe, nous avons rencontré presque uniquement des couples. Nos pères n’ont jamais participé à cela !

Avec Daddy.

Et l’équilibre entre la vie de couple et la vie de famille ?

C’est un sentiment, mais je dirais que la vie de couple s’efface peut-être un peu plus ici. L’enfant devient vraiment le « centre du monde ». Déjà pour les nourrissons, des dizaines d’activités sont proposées (musique, gym, etc.) et on trouve des chaises hautes dans tous les restaurants. Interdiction de laisser les enfants avec la baby sitter !

Voyez-vous beaucoup d’autres familles francophones là où vous habitez ?

Oui, il y a une communauté de Français à Greensboro. J’ai même la chance d’avoir rencontré Laeticia, une autre maman française qui a accouché 5 semaines pile poil après moi. Nina et Louison partagent beaucoup de moments ensemble ! Et nous sommes restés en contact avec notre gynécologue qui est Canadienne (on a eu l’impression que Céline Dion suivait ma grossesse et m’a fait accoucher !)

Est-ce qu’avoir des enfants a changé votre rapport à l’expatriation en général et aux Etats-Unis en particulier ?

C’est difficile de quitter la famille et les amis et de se dire qu’ils ne voient pas grandir Louison au quotidien même si on communique beaucoup. D’un côté j’ai envie de retourner en France près de nos proches et de l’autre j’aimerais avoir un deuxième bébé ici … A suivre …

Comment entretenez-vous le lien avec la famille restée en France ?

Nous avons des groupes whatsapp pour partager le quotidien, nous faisons beaucoup de FaceTime et nous téléphonons beaucoup… Mes parents nous envoient des colis. Nos proches nous rendent visite.

Là où j’ai grandi, notre belle Corrèze !

As-tu rejoint un groupe de mamans américaines ?

Une fois par semaine, j’allais à un groupe pour les Mamans. Chaque semaine, nous abordions un theme différents (langages des signes, tips pour voyager avec bébé, etc).

Je vais aussi m’inscrire à un groupe de sport qui s’appelle FIT4MOM. Les mamans viennent faire du sport avec leurs bébés et partagent un moment ensemble à la fin. C’est extra !

As-tu une anecdote par rapport aux différences culturelles éducatives entre la France et les Etats-Unis ?

J’ai l’impression d’être la seule maman a changé mon bébé n’importe où. Les américains cachent le sexe de leur enfant dès le premier jour.

Louison a été Américain avant même d’être Français ! Et nous sommes uniquement Français. C’est d’ailleurs toujours un peu angoissant de passer la douane à l’aéroport avec des passeports différents.

Quelles sont les habitudes familiales américaines que vous avez adoptées ?

  • Nous adorons nous retrouver dans notre jardin autour du feu pour faire griller des marshmallows.
  • Nous utilisons des mots anglais dans des phrases françaises concernant Louison.
  • L’Elf on the shelf nous rejoint à la maison tous les mois de décembre.
  • On n’emballe plus nos produits au super marché.
  • Louison mange des Puffs.

Avec Mama.

Célébrez-vous les mêmes fêtes que les Américains ?

Oui nous fêtons les fêtes Américaines comme Halloween, Thanksgiving, le 4 juillet… Et c’est top ! Les Américains sont très forts pour célébrer. D’ailleurs, mon accouchement a commencé le jour d’Halloween, j’ai donné des bonbons aux enfants entre deux contractions. Puis, lorsque nous sommes allés chez notre gynécologue puis à l’hôpital, les nurses, les médecins, les réceptionnistes étaient tous déguisés. C’était très drôle !

Allez-vous faire une grande fête pour les un an de Louison ?

Oui, nous allons faire une grande fête à l’Américaine !

Y a-t-il des produits pour enfants que vous ramenez spécifiquement de France ?

Je ramène du sérum physiologique et du coton carré. Nous ne trouvons pas de sérum phy ici, les Américains sont adeptes des lingettes, et très peu de cotons carrés. Ma cousine me fabrique du liniment maison, je n’en trouve pas ici.

Et l’avenir, est-ce que vous pensez rester aux Etats-Unis ?

Je ne pense pas que nous resterons toute notre vie. L’expérience est formidable mais nos proches nous manquent beaucoup, ainsi que ma profession et la vie Française (le vin, le fromage, les halles Paul Bocuse, les centres villes historiques, etc.)!

Penses-tu que vos petits-enfants seront américains ?

Je ne pensais pas avoir un enfant Américain alors l’avenir nous le dira !

Merci Aurélie d’avoir répondu à mes questions! Aurélie et son mari tiennent une page Facebook (Oh Oui On s’expatrie) et un compte instagram (@ohouionsexpatrie) pour partager leur quotidien d’expatriés avec leurs proches et toute personne qui a envie de voyager …

https://www.facebook.com/adtez/

https://www.instagram.com/ohouionsexpatrie/

Dans la même série:

Rendez-vous sur Hellocoton !

Please follow and like us:
Spread the love

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] {Maman française aux USA} Aurélie, maman d’un petit garçon de 10 mois en Caroline du Nord – Rainbows etc — Read on rainbowsetc.fr/2018/08/16/maman-francaise-aux-usa-aurelie-maman-dun-petit-garcon-de-10-mois-en-carol… […]