Le bullet journal: 1 an après

Il y a un an, je vous expliquais pourquoi je succombais à la tendance du bullet journal, bujo pour les intimes. Douze mois après, je l’utilise toujours et, sans que cela ait révolutionné ma vie, j’apprécie cette méthode.

Comment j’ai organisé mon Bujo

Mon journal (plutôt un agenda) est très sobre : je ne fais pas de listes illustrées avec les dates de poussées des dents de mes enfants ou les titres des films que je voudrais voir notés dans des pop-corn géants. Je fonctionne plutôt au mois par mois, avec une page de visualisation rapide du mois à côté de mes objectifs pour ledit mois.

Ensuite, j’utilise une double page par semaine, séparée en 4 colonnes : la colonne de gauche me permet de lister mes objectifs de la semaine, la deuxième et la 4ème sont consacrées aux jours de la semaine. Quant à la troisième, mon idée était d’y prendre des notes, de faire des petits dessins, d’y coller des petits photos… bref, d’y ajouter tout le fun des spécialistes du Bujo – mais je me suis aperçue que tout cela demande plus de temps que je n’y souhaite y consacrer. Après 5 mois à ce régime, la troisième colonne est passé à l’as.

Je vous ai dit que je n’avais pas de listes de malade dans mon Bujo, mais j’en ai quand même fait quelques-unes :

  • La liste de mes objectifs pour l’année;
  • La liste des choses à faire pour la maison (petits aménagements et travaux);
  • Une liste pour ce blog et mes idées d’articles (environ une cinquantaine, au cas où vous aviez peur que je manque d’inspiration !)
  • Une liste pour Charlie & Ozzy, avec d’une part des idées de livres et d’autres part des idées marketing pour faire connaitre mes livres (qu’il faut toujours que je mette en œuvre, pour l’instant je n’ai tenté que la pub Facebook);
  • Une liste pour Tea & Tins, qui maintenant me sert de boussole pour la fermeture de l’entreprise;
  • Une to-do list générale, avec des choses du type « faire un passeport français à Ozzy » ou « renégocier ma carte de crédit à la banque ».

Ce qui ne me sert pas :

  • La page des Keys: je la trouve inutile, j’utilise le système rond et carré, le « fait », le « en cours » et le « remis à plus tard » et je n’ai pas besoin de consacrer une page à me souvenir de ces éléments.
  • La vue annuelle: je pense qu’elle pourrait être utile, mais pour la vue annuelle, j’utilise plutôt mon calendrier Google, qui a l’avantage d’être partagé avec mon mari et corélé au calendrier familial. Chaque mois, je reporte les évènements de mon calendrier Google sur le mois en cours dans mon bujo.
  • L’index: j’ai laissé tomber assez vite, ma vie n’est pas tant compliquée qu’il me faille un index pour m’y retrouver…

Mes objectifs ont-ils été atteints ?

Souvenez-vous, j’avais plusieurs objectifs lorsque j’ai commencé mon bujo:

  • Réduire le nombre de post-its volants sur mon bureau: je fonctionnais déjà par to-do list avant de commencer mon bujo, donc j’avais déjà intégré une des raisons qui fait que les gens accrochent particulièrement à cette méthode d’organisation. Cependant, j’avoue que le fait de tout regrouper dans un carnet a bien dégagé mon bureau.
  • Garder des souvenirs : lorsque j’ai commencé, j’essayais de passer un peu de temps à la fin de la semaine pour remplir la « troisième colonne » de petites anecdotes ou dessin sympa. Mais cela prend beaucoup de temps, en tout cas plus que je souhaite y consacrer. Finalement, je préfère prendre ce temps pour sélectionner quelques photos de la semaine pour en faire un album par la suite (bon, ok, je ne le fais pas non plus…)

Un bujo cool (pas le mien) (source).

  • Prendre des notes: je n’ai pas du tout fait cette partie, préférant utiliser mes petits Moleskines plus légers à mettre dans mon sac à main.
  • Faire des listes pour faire le point: le système de listes, et surtout d’objectifs, est je trouve le gros avantage du bujo – mais j’y reviendrais ci-dessous.
  • Créer / utiliser un bujo préfait: si vous suivez les aventures de ma petite maison d’édition maison, vous avez vu, ou plutôt vous n’avez pas vu de bujo. Le marché est déjà pas mal saturé, avec des petits cahiers bien mieux que tout ce que je pourrais faire. Cependant, maintenant que j’ai cette expérience et surtout que je sais ce que j’aime et ce que j’utilise, je vais peut-être en faire un à ma sauce pour 2019. Et oui, c’est tout l’avantage du Bujo sur un agenda lambda : il est personnalisé à votre façon de fonctionner. Je vous ai détaillé la mienne ci-dessous, mais la vôtre et celle de votre grand-mère sera différente.
  • Me motiver et être plus productive: je dirais oui, et je vous explique cela ci-dessous.

Un tracker typique bujo (je n’en utilise pas mais je devrais) (source).

Finalement, quel intérêt je trouve au Bujo ?

Le gros intérêt que j’ai trouvé à mon bujo, outre le fait de ne plus avoir des post-volants dans tout les sens, est que cette méthode facilite le fonctionnement par objectifs. Comme je le disais, j’ai une liste d’objectifs pour 2018 et je m’en donne également par mois et par semaine. J’ai également une liste d’objectifs pour les différents pans de ma vie.

J’ai aussi ajouté une deuxième liste en-dessous de ma to-do list : « les inattendus du mois/de la semaine » : cela me permet de visualiser les choses que j’ai faites sans les prévoir, mais qui font partie de mon chemin (au final, j’obtiens une sorte de « has been done » ou « ta da » list).

Grâce au bullet journal, je fais le point régulièrement, j’intègre mes objectifs annuels aux objectifs mensuels et hebdomadaires, je vois si je suis dans les clous. Bref, c’est un outil de suivi qui me permet de maintenir le cap sur ce que je considère important.

Le matériel que j’utilise

Il y a un an, j’étais gonflée à bloc et toute enthousiaste devant le matériel à bujo. Au final, exit les feutres et les pochoirs, les auto-collants et l’imprimante photo de poche, j’utilise uniquement :

  • Un carnet matrice
  • Les meilleurs stylos du monde, colorés, fins (une pointe de 0.38 mm !), qui ne bavent pas – merci les Japonais!
  • Du Washi Tape pour mettre un peu de couleur (que je stocke dans un range-couverts – une autre bloggueuse que moi aurait fait de cette brillante astuce un tuto en 18 images).

Voilà pour mon expérience avec le bullet journal. Et de votre côté, êtes-vous intéressés par cette tendance? Utilisez-vous seulement un calendrier en ligne ou un agenda papier? Est-ce que vous faites des to-do lists?

Dans la même série:

Retrouvez cet article facilement en l’épinglant sur Pinterest!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Please follow and like us:
Spread the love

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
LilyY-LanCochonoubaby-planet Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
baby-planet
Invité

j’utilise le Bujo depuis 2 ans et j’adore. Je suis passé en format filofax, plus pratique pour mon organisation

Cochonou
Invité

Alors c’est fini le thé ?

Y-Lan
Invité

J’adore le principe du BuJo mais je ne suis pas toujours très fidèle, je me retrouve parfois à acheter des agendas quand je les trouve jolis ! Mais en tout cas, une chose est sûre, je suis très papier ! Pour le moment, j’en ai déjà eu 2 remplis et là, j’en commence un nouveau en novembre après une pause de plusieurs mois !